Cyril Lemoine
Coureur cycliste professionnel Cofidis

Interview Velo club net



Interview Cyril Lemoine (Saur-Sojasun)

Après quatre ans passés au Crédit Agricole, et une expérience chez Skil-Shimano cette année, Cyril Lemoine retrouvera la saison prochaine les couleurs d’une équipe française, la formation Pro-continentale de Stéphane Heulot, Saur-Sojasun (ex Besson Chaussures-Sojasun), candidate au Tour de France 2010. Il y retrouvera notamment les deux Jimmy, Casper et Engoulvent, dans une équipe 100% tricolore. Le Tourangeau revient pour Vélo-Club.net sur sa bonne saison, sur ce transfert et ses objectifs futurs.

Photo: Guillaume Besnard



« Je pense que j’ai fait un très bon choix. »

Vélo-Club.Net : Vous réalisez à 26 ans une des meilleures saisons de votre carrière (3ème des Quatre Jours de Dunkerque, 3ème place de la troisième étape du Tour de France, 4ème de la Classique de l’Indre, 5ème du Critérium International, 12ème de Gand-Wevelgem…): êtes-vous satisfait ?

Cyril Lemoine : Oui je ne vais pas me plaindre mais j’aurais bien voulu décrocher une victoire. Et un peu déçu aussi de mon Tour car je ne suis pas arrivé dans de bonnes conditions sur celui-ci.

VCN : Vous avez pris le départ de votre premier Tour de France : un rêve je suppose ?

C.L : Oui c’est un rêve depuis que je suis gamin donc c’est une grande satisfaction d’avoir fait la plus grande course du monde, mais ce n’est pas une fin en soi. J’aimerais bien gagner une étape sur la Grande Boucle.

VCN : Vous qui êtes né à Tours, la classique Paris-Tours doit vous tenir particulièrement à cœur. Y participerez-vous cette année, votre équipe étant sélectionnée ?

C.L : Oui c’est une course qui me tient particulièrement à cœur, mais cette année je n’y participerai pas car j’ai voulu arrêter la saison assez tôt, le 23 septembre, pour faire une bonne préparation hivernale et préparer le début de saison.

VCN : On dit que Paris-Tours est réservée aux sprinteurs. Pourtant ces dernières années les baroudeurs ont su tirer leurs épingles du jeu, profitant notamment des côtes dans les derniers kilomètres. Vous qui connaissez bien ces routes, que pensez-vous du parcours ?

C.L : Je pense que dans le final tout peut arriver si un groupe de 4-5 coureurs sort dans les dernières bosses, s’ils s’entendent bien ils peuvent aller au bout. Après il y a aussi les équipes de sprinters qui peuvent gérer l’affaire, je pense notamment aux Columbia, aux Cervélo et aux autres.

VCN : La fin de saison arrive à grands pas. Quel sera votre programme hivernal ?

C.L : 3 semaines de repos, ensuite vers la mi-octobre je vais reprendre le VTT gentiment. Par la suite quelques rassemblements avec ma nouvelle équipe Saur-Sojasun et peut-être quelques cyclo-cross.

VCN : Vous rejoindrez donc la saison prochaine l’équipe de Stéphane Heulot, Saur-Sojasun. Après quatre ans passés au Crédit Agricole, et cette saison chez Skil-Shimano, vous revenez dans une équipe française. Est-ce un choix de votre part ?

C.L : Ma priorité n’était pas de retourner en France car au début je voulais rester chez Skil-Shimano, mais nous n’avons pas trouvé d’accord. Ensuite j’ai eu des propositions d’autres équipes, j’ai discuté avec Stéphane Heulot, son projet m’a bien plu : il a l’air très méticuleux sur pas mal de choses, sur des petits détails, et çà j’aime bien. Je retrouve un peu la mentalité étrangère, il essaye de trouver les meilleures conditions, que ce soit pour le matériel, l’entrainement, le staff… Je pense que j’ai fait un très bon choix.

VCN : Vous cohabiterez avec Jimmy Casper, récent vainqueur de la Coupe de France, qui a d’ailleurs déclaré que vous serez une excellente recrue. Seriez-vous prêt à vous mettre à son service, et à former un « train » avec Jimmy Engoulvent et Rony Martias notamment, comme on peut le retrouver chez le Team Columbia ?

C.L : Oui de toute façon Jimmy va très vite, il nous l’a bien montré cette année, donc oui sur certaines courses je vais me mettre à son service. C’est sûr que quand je vois l’équipe qu’on aura l’année prochaine, je pense qu’il y a moyen de former un train, et de faire de grandes choses. Maintenant c’est à nous de travailler les automatismes pendant les stages.

VCN : L’équipe Saur-Sojasun montera la saison prochaine en Pro-continentale, et sera donc candidate à participer à de belles courses, et notamment au Tour de France. Comment organiserez-vous alors votre calendrier, sachant que vous ne saurez bien souvent que peu de semaines avant les courses auxquelles vous pourrez participer ?

C.L : Je pense que début janvier nous saurons vraiment notre calendrier. Après si certaines courses ne sont pas sûres, nous n’aurons pas la réponse au dernier moment mais un mois à l’avance, du moins je l’espère.

VCN : Quels seront vos objectifs pour la saison prochaine ?

C.L : Mes priorités seront les classiques flandriennes, Paris-Nice, Paris-Roubaix, après on verra.

VCN : Quelle est la course qui vous fait rêver ?

C.L : Paris-Roubaix.

VCN : L’UCI veut retirer les oreillettes. Qu’en pensez-vous ?

C.L : Moi je ne suis pas contre car au niveau de la course çà serait mieux. Après voir les directeurs sportifs remonter dans le peloton pour parler à un coureur c’est dangereux. Donc si l’UCI les supprime, il faudra instaurer de nouvelles réglementations au niveau de la course.

VCN : Pour terminer, que peut-vous souhaiter pour la saison à venir ?

C.L : Comme tout le monde... des victoires.


Merci à Cyril Lemoine pour sa disponibilité et sa gentillesse.
Propos recueillis par Nicolas Besnard









 

Haut