Cyril Lemoine
Coureur cycliste professionnel Cofidis

Interview Ruta del sol



Interview de Cyril Lemoine (Skil-Shimano, le 20/02/2009) : "j'ai choisi de rejoindre Skil-Shimano pour le programme de course et leur professionnalisme."

Après cinq années au sein de la formation Crédit Agricole de Roger Legeay, Cyril Lemoine a rejoint cet hiver l'équipe Skil-Shimano. A 26 ans, le Tourangeau originaire de Saint-Pierre-des Corps s'est donc fixé un nouveau challenge dans sa carrière. Présent sur le prologue et dans les sprints des premières étapes du Tour d'Andalousie, le routier-sprinteur souhaite maintenant se montrer sur le prochain Circuit Het Volk. Il a également fait du prologue de Paris-Nice l'un de ses objectifs.

Cyril, comment s'est passée votre intégration au sein de l'équipe continentale professionnelle Skil-Shimano ?
"Tout s'est vraiment très bien passé. Il y a une ambiance très famille que j'apprécie, et même s'il y a beaucoup de nationalités, je ne suis pas dépaysé puisque nous sommes quatre Français
 (NDLR : Jonathan Hivert, Thierry Hupond et Steve Houanard). J'ai choisi cette équipe car le programme de course est très intéressant et ils sont très professionnels avec leurs coureurs. En décembre dernier, on a par exemple fait des tests sur piste pour étudier notre position en contre-la-montre. Ce sont des petits plus très importants pour la suite de la saison qui peuvent avoir leur importance."

Où en êtes vous dans votre préparation, quelles sont les prochaines échéances ?
"J'ai commencé la saison au Tour du Qatar, une épreuve qui est toujours dure. Il faut faire attention aux bordures et rester vigilant à cause des chutes, mais c'est idéal pour se préparer avec de telles conditions climatiques et le plateau est souvent relevé. Sur le Tour d'Andalousie, j'ai vraiment eu de bonnes sensations. J'ai terminé 13ème du prologue à 14 secondes du vainqueur, et dans les étapes de plat, j'ai emmené Tom Veelers, notre sprinteur-maison lors de l'emballage final. J'enchaînerai ensuite avec le Circuit Het Volk et Paris-Nice."

Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle saison ?
"Je me prépare pour le prologue de Paris-Nice. J'aimerais bien y faire un truc. Mon prologue ici en Andalousie m'a mis en confiance. Je travaille cet exercice particulier car je pense qu'il est important pour un coureur de s'affirmer dans un domaine et de ne pas être moyen partout. Après, je prendrai les courses comme elles viennent et j'essaierai de saisir des opportunités. Sur les étapes de sprint, que j'emmenais pour Veelers, j'arrivais toujours à rester au contact, alors pourquoi pas jouer ma carte personnelle dans les semaines à venir."

Quelle est la course du calendrier qui vous fait rêver ?
"Je suis très attiré par les classiques flandriennes comme Paris-Roubaix ou le Tour des Flandres. Ce sont des courses très dures où peu de Français ont réussi à briller. Elles sont la légende de notre sport. Mais cela demande beaucoup de sacrifices et d'expérience. Il ne faut pas seulement être au sommet de sa forme, mais aussi être très malin, savoir se faire mal et avoir un petit brin chance. Ce genre d'épreuve me correspond assez bien."

En parallèle de la Ruta del Sol, on parle beaucoup du Tour de Californie avec la présence de Lance Armstrong. Comment percevez-vous ce retour à la compétition ?
"Je trouve qu'on en fait trop avec ce retour. On ferait mieux de parler des jeunes coureurs prometteurs qui arrivent et qui commencent à briller. Armstrong a, certes, gagné sept Tours de France, mais je trouve que toute cette médiatisation est démesurée. Pour dire vrai, je suis dans ma course et je ne suis le Tour de Californie que de loin."


Propos recueillis par Christophe Darne à Torrox Costa le 19 février 2009.






 

Haut