Cyril Lemoine
Coureur cycliste professionnel Cofidis

Roy juste devant Lemoine



Jérémy Roy a dû se contenter de la 10 e place, hier, sur le chrono des championnats de France, talonné de près par Cyril Lemoine.

 

Jérémy Roy, 10 e à 1'49 de Nicolas Vogondy. Cyril Lemoine, 11 e à 1'57. Les deux coureurs Tourangeaux ont bouclé les 49,9 km du chrono des championnats de France dans un mouchoir de poche. Mais ils auront vécu deux courses assez différentes.
Avec d'abord, par ordre d'apparition sur la rampe de lancement, Cyril Lemoine. Parti une heure après Lazlo Bodrogi, l'un des grands favoris du jour, le Castelrenaudais était le seul avec le coureur de Katusha à passer sous les 32 minutes à mi-parcours. Référence intéressante qui se révélait finalement être le sixième temps de passage.
Problème toutefois : Cyril Lemoine avait perdu son bidon depuis plus d'une quinzaine de kilomètres déjà. Et puis surtout, il lui fallait tenir la cadence sur la deuxième boucle. « Sur ce deuxième tour, la douleur récurrente que j'ai à la jambe est revenue. Et sur la fin, je n'ai pas pu aller au bout, j'ai essayé de terminer comme j'ai pu. »
Dans ce contexte, cette onzième place ne le déçoit pas. « C'est sûr que sans ça (la douleur), je pouvais faire quelque chose. Mais je suis quand même content de moi car j'ai réussi à être là malgré tout. »

Cyril Lemoine : ''J'ai réussi à être là malgré tout ''

Jérémy Roy, lui, visais autre chose que cette dixième place. Il avait en effet annoncé vouloir être dans le top 5. Un écart de cinq places qui se mesure à 20 secondes seulement. Preuve que le Tourangeau n'était pas loin du compte.
Mais ce contre-la-montre, Jérémy Roy l'a disputé la tête un peu ailleurs. « Je suis jamais rentré dedans. J'ai même pensé abandonner. J'étais vraiment à la rue dès le départ et puis, à la fin du premier tour, j'ai vu que mon temps n'était pas si mal (7 e à 46 secondes de Vogondy) que ça. » Il a donc poursuivi sa route mais sans trouver d'avantage le rythme. Et d'expliquer que « le décès d'un ami l'a un peu perturbé ». Les jambes à Chantonnay, Jérémy Roy avait la pensée tournée vers la Touraine où Jean-Paul Remacle a été inhumé hier après-midi, justement.

 

 

Par Annaïck Mainguy, le 25 juin 2010
http://www.lanouvellerepublique.fr







 

Haut