Cyril Lemoine
Coureur cycliste professionnel Cofidis

Cyril Lemoine : "Les courses d'un jour en tête"



Au sortir d'une première saison compliquée chez Saur-Sojasun en raison de douleur au dos, Cyril Lemoine revient pour Cyclism'Actu sur ses problèmes qui appartiennent désormais au passé. Son équipe grandit, retenue pour le Tour de France, il attaque cette nouvelle saison avec envie, l'envie de prouver ce qu'il vaut.

Photo : Christophe Merono - Cyclism'Actu

Comment vous sentez-vous après votre première saison à Saur-Sojasun ?
Il y a une très bonne entente. Je n'arrivais pas trop dans l'inconnu puisque je connaissais pas mal de monde du Crédit Agricole, c'était des bons équipiers avec qui je m'entendais déjà très bien. Et la bonne ambiance est l'une des valeurs que l'on défend.

Votre saison 2010 n'a pas été au niveau de toutes les espérances. A quoi cela est-il dû selon vous ?

En début d'année j'ai chuté au Qatar et quand j'ai commencé a retrouver mon meilleur niveau j'ai eu des douleurs au niveau du dos. Je n'arrivais pas à solutionner ce problème et j'ai couru avec ces douleurs toute l'année. En avril quand j'étais devant sur le Tro Bro Leon j'avais déjà mal, toutes les courses du mois de juin comme le championnat de France je les ai faites sans forcer et la fin de saison a été vraiment dure avec ce problème là.

Est-il résolu aujourd'hui ?

J'ai eu pas mal de séances de kiné, d'ostéopathie  et je suis allé voir le podologue, j'ai aussi fais pas mal de gainage qui m'a permis de bien me renforcer le haut du corps et ça commence à aller beaucoup mieux.

On vous a beaucoup moins vu sur les sprints, cela est-ce dû à votre problème au dos ou au fait que vous travailliez pour un leader ?

Nous avons Jimmy Casper dans notre équipe, je ne vais bien évidement pas aussi vite que lui donc je lui emmenais souvent les sprints. De toute façon avec mes problèmes de dos, en fin de course, après 150 bornes je ne pouvais plus forcer, donc j'essayais de le faire au métier, de bien me placer afin de faire du mieux possible.

Nous vous avons vu plutôt à l'aise sur les prologues, notamment au Luxembourg, avez-vous travaillé cet exercice ?

Pas spécialement, je travaillais surtout pour le championnat de France contre-la-montre. Un prologue ce n'est pas vraiment le même type d'effort, c'est beaucoup plus violent. Je faisais pas mal de cyclo-cross étant jeune, alors je suis plutôt habitué a ce type d'effort violent et vu que c'est très court je n'avais pas le temps d'avoir mal au dos. Je pouvais vraiment donner tout ce que j'avais.

Envisagez-vous de vous concentrer sur des contre-la-montre plus long ?

J'essaye mais avec mes problèmes je ne pouvais pas faire plus de 25 kilomètres d'efforts contre-la-montre, après 10 kilomètres je sentais déjà la douleur arriver. J'arrivais à la supporter jusqu'à 25 bornes mais après une fois encore je ne pouvais plus forcer avec ma jambe gauche. A partir de là impossible de me mettre des contre-la-montre comme objectif l'an dernier.

Et dans les années à venir ?

Je pense car au championnat de France j'avais un bon temps à l'issue du premier tour. Maintenant ça va aller mieux alors je pense qu'il y a moyen de faire de belles choses.

Pensez-vous pouvoir viser le général d'une course à étape relativement plate ?

Il suffit de ne pas se faire avoir dans une cassure et si après il y a un contre-la-montre alors je peux viser le général. Après on verra mais aujourd'hui j'ai surtout les courses d'un jour en tête.

Votre équipe étant invitée au Tour de France, ambitionnez-vous d'être au départ ?

Le Tour de France, c'est la plus belle course au monde donc tout le monde a envie d'y participer. Je l'ai fait une fois dans de mauvaises conditions, donc je voudrais y retourner et briller sur certaines étapes. Toutefois j'ai vu qu'il y a deux ans après le Tour en juillet c'est difficile de finir la saison correctement.

Quel serait votre rôle ?

Il y aura des étapes avec des arrivées au sprint donc il faudra aider Jimmy à l'emmener à la gagne. Il n'y aura pas que des sprints et d'autres étapes seront pour les puncheurs où j'espère pouvoir me montrer à mon avantage. Quoiqu'il arrive la politique de course de l'équipe sera d'aller dans les échappées, si sur une étape je suis devant j'aurai ma chance.

Quelles courses visez-vous en 2011?

J'aime bien les classiques belges, on verra selon la forme, en ce moment je me sens plutôt bien et si j'ai les bonnes sensations le bon jour tout est possible. On verra bien.

Que retenez-vous de votre expérience à l'étranger chez Skil-Shimano ?

Ca m'a permis d'avoir un peu plus confiance en moi car sur certaines courses j'avais ma carte à jouer. J'ai pu prouver ce dont j'étais capable. Je commence à retrouver la même mentalité chez Saur-Sojasun, ça montre que les équipes françaises évoluent et nous sommes sur la bonne voie.

Quel est votre programme du début de saison ?

J'attaque la saison au GP de la Marseillaise après je vais à l'Etoile de Bessèges, après je vais en Belgique faire le Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne.


Par Yohann Lossouarn le 25/01/2011.
En lire d'avantage sur Cyclism'Actu








 

Haut